Nouvelles des Membres

07.10.2016
Entretiens avec Eva Wagner-Pasquier et Horst Eggers sur le blog du Cercle de Singapour
Juliana Lim a interrogé Madame Eva Wagner-Pasquier et Monsieur Horst Eggers à l'occasion de la production à venir du Vaisseau fantôme à Singapour.
Extraits du blog du Cercle Richard Wagner de Singapour
Dans la perspective d'un Vaisseau fantôme révolutionnaire de Richard Wagner, le Cercle de Singapour, a créé un excellent site internet et un blog.

Vous pouvez lire ci-dessous quelques interviews que Juliana Lim du cercle de Singapour menés avec Eva Wagner-Pasquier et avec le président du RWVI ,Horst Eggers, et qui ont été publiés sur le site internet dédié à ce Vaisseau fantôme de Singapour.

La visite de ce site vaut bien un détour, car c'est un merveilleux exemple de marketing d'entreprise de cette équipe dynamique, de leur passion pour Wagner et de ses œuvres, et de leurs efforts qui ne méritent que des éloges.

ENTRETIEN AVEC EVA WAGNER-PASQUIER

Mme Eva Wagner-Pasquier, le grand-petite-fille de Richard Wagner, sera en visite à Singapour du 21 au 24 octobre  2016, à l'occasion de la première mise en scène d'un opéra de Wagner à Singapour, le Vaisseau fantôme Eva, qui est l'ambassadeur du Festival de Bayreuth auprès des cercles Wagner, honorera la Premiere à Singapour (avec une distribution nternationale) le 23 octobre 2016, au Victoria Theatre, comme notre invité d'honneur.

Avant sa visite, Juliana a eu une conversation avec Eva.

JL: Quand avez-vous été amenée à comprendre, pour la première fois, que votre arrière grand-père était un grand compositeur et qu'avez-vous ressenti à ce sujet?
EWP: Je ne sais vraiment pas .... ma petite enfance était «normale», mais vous apprenez ça un jour et cela devient partie intégrante de votre vie quotidienne.

JL: Quels sont vos souvenirs de la vie à la Villa Wahnfried?
EWP: Nous ne vivions à Wahnfried. Cela appartenait à la famille de mon oncle Wieland qui vivait là, mais nous avons vécu à côté, dans les dépendances du jardin, au premier étage. À l'époque, il n'y avait pas de musée.
(la Villa Wahnfried était la résidence de Richard Wagner à Bayreuth. Elle fait partie du plan général du Festsplielhaus de Bayreuth qui a ouvert le 13 août 1876 pour la première de l'Or du Rhin. Wahnfried est un composé de deux mots «illusion» et «paix», et sur une plaque érigée par Wagner à l'entrée, on peut lire "Voici où mes illusions ont trouvé la paix, que ce lieu soit nommé Wahnfried".
Un musée,dédié à la vie et aux œuvres de Richard Wagner, y est installé depuis 1976 ; la Villa Wahnfried vient de rouvrir après deux ans de rénovation.  La maison de Siegfried, où la grand-mère d'Eva a résidé jusqu'à sa mort, est maintenant consacrée à l'histoire du Festival de Bayreuth. Le musée abrite une collection historique de décors, costumes et accessoires des opéras de Wagner. Eva vivait dans le troisième bâtiment situé sur le terrain, le petit Gaertnerhaus qui abrite aujourd'hui un café, qui offre un délicieux répit après une promenade dans le jardin et la visite du musée)

JL: Quand avez-vous regardé votre premier opéra complet Wagner et quel était votre expérience de celui-ci?
EWP: Mon premier opéra de Wagner a été les Maîtres-Chanteurs ... J'avais environ six ans et n'ai eu aucun sentiment particulier à ce sujet parce que nous allions à des spectacles régulièrement, de sorte que cela était «normal».

JL: Quel est votre opéra de Wagner préféré et pourquoi?
EWP: Chaque opéra que j'entends est mon préféré, comme la semaine dernière à Minden, j'ai entendu " la Walkyrie" produit par le cercle de Minden dirigé par Jutta Winckler. Pourquoi ? Peut-être à cause de tous ses opéras, celui-ci est celui que je connais peut-être le mieux dans le répertoire de l'opéra ... mais le deuxième nom de mon fils est "Amadeus" ... et je pars demain pour New York, pour voir "Tristan et Isolde" et puis, à Boston , pour "Rosenkavalier" avec Andris Nelsons ... comme vous pouvez le deviner, j'aime beaucoup de compositeurs.
(Le cercle de Minden met en scène un opéra du Ring chaque année à partir de 2015, pour aboutir à la Tétralogie complète en 2019.)

JL: Si vous pouviez avoir un repas avec Richard Wagner, où iriez-vous le prendre et que voudriez-vous lui dire?
EWP: je l'amènerais probablement au restaurant à Venise près du théâtre où il a vu sa dernière représentation, une pièce de Carlo Goldoni. Je serais si pleine de respect que je ne sais pas ce que je lui demanderai. Peut-être, je lui demanderai comment il a réussi son voyage avec Minna depuis Riga jusqu'en Angleterre? ...
(En 1839, Wagner et sa femme, l'actrice Christiane Wilhelmine Minna Planer, ont connu une tempête en mer, lors du voyage de Riga (où il a été directeur de l'opéra depuis 1837) à Londres. L'opéra, le Vaisseau fantôme, a été inspiré par ce voyage en mer).

Le  Vaisseau fantôme est réalisé par les metteurs en scène, Chong Tze Chien et Glen Goei, avec la direction musicale de Darrell Ang, et est présenté du 23 au 30 octobre 2016 au Victoria Theatre. Ne manquez pas ça! Réservez vos billets de sistic.com maintenant.

ENTRETIEN AVEC HORST EGGERS

En 2015, au Congrès Richard Wagner à Dessau, Horst Eggers a été élu président du Richard-Wagner-Verband-International e.V (Association Internationale des Cercles Richard Wagner).

Le RWVI, dont le siège est à Bayreuth, dispose de 131 cercles membres dans le monde, concentrées principalement en Allemagne, mais certains dans des endroits éloignés comme Hawaii, Boston, Tokyo et Cuba.

Lorsque le cercle de Singapour a manifesté son aspiration à réaliser un premier opéra de Wagner à Singapour en 2015, Horst nous a écrit une lettre de soutien, très engagé, qui a contribué à ouvrir les portes des agences de promotion des arts, mécènes et donateurs. Le RWVI et les autres cercles soutiennent le Vaisseau fantôme de façon significative  la vice-présidente du RWVI, Mme Alessandra Althoff-Pugliese, a aidé à trouvé la distribution, permettant d'avoir recours aux finalistes du Concours International de Chant Voix Wagnériennes.

Horst Eggers se rendra à Singapour du 21 au 24 octobre 2016 pour la Premiere (distribution nternationale) le dimanche 23 octobre 2016. Avant sa visite, la présidente du cercle de Singapour, Juliana Lim ,lui a demandé de partager son expérience wagnérienne.

JL: Quel a été votre premier "moment" Wagner et quand était-ce?
HE: Quand j'avais seulement 6 ans, j'ai suivi mes premières leçons de violon avec mon grand-père et j'ai souvent assisté avec lui aux concerts symphoniques donnés à Bayreuth, à savoir par le célèbre Orchestre symphonique de Bamberg. Grâce à cela, je suis devenu un grand amateur des œuvres symphoniques de Beethoven et Bruckner.
Seulement plus tard, à l'âge de 16 ans, j'ai entendu mon premier enregistrement, le Vaisseau fantôme. Ce fut mon premier contact avec la musique de Richard Wagner.

JL: Quand avez-vous vu votre premier opéra complet de Wagner et quel était votre expérience de celui-ci?
LUI: J'ai entendu mon premier opéra de Wagner en 1964 à Bayreuth, au Festspielhaus. Ma "petite amie" de l'époque, devenue plus tard mon épouse, avait un emploi d'été comme "Blaumädchen" (ouvreuses qui portaient des costumes bleus à ce moment-là) au Festspielhaus. De temps en temps, elle pouvait me prendre à ses côtés lors de la fermeture de la porte pour siéger dans les escaliers. Voilà comment je vis les Maîtres Chanteurs (avec Jess Thomas et Anja Silia) et plus tard, les parties du "Ring" (avec Theo Adam et Astrid Varnay) pour la première fois. A partir de ce moment-là, en 1964, je me suis enthousiasmé par la musique de Richard Wagner.

JL: Quel est votre opéra de Wagner préféré et pourquoi?
LUI: Au fil du temps, j'ai changé d'opéra préféré de Wagner. Ce qui m'a fasciné le plus, était le "Ring du centenaire" (Patrice Chereau, Pierre Boulez, Donald McIntyre) * dont j'ai profité avec plaisir chaque année du festival de 1976 à 1980.

JL: Pouvez-vous nous faire part de vos différentes missions dans la promotion de l'héritage Wagner? Quelle est votre vision pour l'avenir du RWVI et comment le RWVI pourrait y parvenir?
LUI: En 2015, je me suis mis à disposition pour la présidence lorsque le RWVI a subi une phase compliquée, afin de rétablir le calme dans l'association et de se concentrer à nouveau sur les tâches statutaires de RWVI. Cela a été accompli, tel que cela s'est manifesté par l'assemblée générale annuelle à Strasbourg, le 6 mai 2016. Au cours des deux dernières années, certaines grandes associations, qui avaient quitté auparavant le RWVI, sont également revenues dans la famille du RWVI.
Notre Secrétaire, le Prof. Günter Cisek me soulage largement dans la tâche des correspondances quotidiennes et le travail administratif. Nous travaillons également aux préparatifs du Congrès international annuel et à l'Assemblée des délégués, aux réunions du comité exécutif du RWVI et divers événements des cercles RW.
Je suis également vice-président de la "Stipendienstiftung" (Fondation des boursiers) et membre du conseil d'administration de la "Gesellschaft der Freunde von Bayreuth" (Société des Amis de Bayreuth). En outre, je mène des discussions régulières avec la direction du festival, en particulier au moment concernant la politique de distribution des billets pour 2017.
En tant que président de la Société des Amis de l'Université de Bayreuth, j'ai aussi beaucoup d'obligations en cette qualité, ainsi que du fait de mon ancienne profession, directeur du HWK (Chambre des Métiers et de l'Artisanat)  de Haute-Franconie. Ma femme me soutient très favorablement dans le travail que je fais.

JL: Si vous pouviez avoir un repas avec Richard Wagner, où iriez-vous le prendre, qu'est-ce que vous mangeriez et que voudriez-vous lui dire?
LUI: Richard Wagner était bien connu comme un amateur de la bière de Bayreuth. Je voudrais donc l'inviter dans le restaurant "Eule" (la chouette) qu'il fréquentait. Au cours d'un repas typique de Bayreuth, il y aurait du rôti de porc avec des boulettes, et je lui parlerais de son "fan club", le RWVI et de ses activités. Je le féliciterais pour son idée visionnaire du festival et pour son idée de la fondation de boursiers, la "Stipendienstiftung", qu'il a lancée de son vivant. Et je lui dirais la fierté qu'il devrait avoir de ce que l'œuvre de sa vie et le festival sont toujours gérés par les membres de sa famille, et ce avec un grand succès.