Nouvelles des Membres

26.06.2017
Concert-conférence de Florence Delaage et Christian Ducor en hommage à Pierre Louis Cordier
Hommage à Pierre Louis Cordier (1922-2016), ancien Président du Cercle National Richard Wagner lors d'un concert-conférence à l'Institut français de Budapest autour de Liszt et Wagner
Rare moment d'émotion partagé par les wagnériens présents à Budapest pour le Congrès international lors du Concert-conférence de Florence Delaage et de Christian Ducor

Lors  du Congrès du Cercle International Richard Wagner qui s’est tenu à Budapest du 7 au 11 juin 2017, un hommage solennel a été rendu à Pierre-Louis Cordier, décédé en août 2016,  et qui présida aux destinées  du Cercle National Richard Wagner de Paris pendant 30 ans de 1974 à 2004, d’abord comme vice-président puis comme président pour les quinze dernières années.

A l’initiative de Christian Ducor, membre du Comité directeur de l’Association internationale des Cercles Richard Wagner, une cinquantaine de congressistes – essentiellement francophones - se sont réunis à l’Institut Français de Budapest en cet après-midi du samedi 10 juin 2017, dont notamment Madame Eva-Wagner Pasquier, Présidente d’Honneur du Cercle de Paris, et de Monsieur Horst Eggers, Président de l’Association internationale des  cercles Richard Wagner.

Après une brève introduction de Christian  Ducor, Michèle Bessout, actuelle Présidente du Cercle Richard Wagner de Nice Côte d’Azur, a retracé le parcours de Pierre-Louis Cordier au Cercle de Paris, depuis son adhésion en 1966, jusqu’à ces dernières années où il en était devenu Président honoraire, après son retrait en 2004. Personne d’autre mieux qu’elle, qui partagea sa vie pendant 35 ans, n’aurait pu rappeler, avec autant de fierté que d’affection, toute la passion wagnérienne qui anima leur existence.

Puis Christian Ducor lut quelques extraits de la dernière conférence que Pierre-Louis Cordier avait prononcée à Paris en octobre 2011, à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Franz Liszt : « Franz Liszt, Prince par le cœur comme par le talent », où les qualités de plume rivalisaient avec celles de l’érudition : un enchantement littéraire.

Cette conférence a été illustrée par quelques morceaux de Franz Liszt, Hans von Bülow et Richard Wagner,  joués au piano par Florence Delaage, pianiste de réputation internationale et amie de longue date de Pierre-Louis Cordier : un enchantement musical.

A la fin du concert, Michèle Bessout ajouta que, conformément au vœu de Pierre-Louis Cordier, elle s’était donné pour mission d’entretenir son souvenir en faisant revivre ses conférences et que c’était sans doute le plus bel hommage qui pouvait lui être rendu.

S’en est suivi un instant d’intense émotion au cours duquel la plupart des dames présentes - même celles qui n’avaient pas connu Pierre-Louis Cordier -  ne purent s’empêcher d’essuyer une petite larme… Un souvenir inoubliable pour tous !

Compte-rendu par Michèle Bessout